Une police plus efficace, au service de la population

Aujourd’hui, la police n’a plus les moyens structurels d’accomplir correctement les missions qui lui sont confiées par l’Etat. Corollaire, elle ne peut que partiellement répondre aux attentes légitimes de la population. La faute à un cadre législatif qui n’est plus adapté aux réalités d’une criminalité en constante évolution.

Depuis bientôt une année, des efforts conséquents sont pourtant demandés à tous les acteurs de la chaîne sécuritaire pour atteindre les objectifs qui leur ont été fixés par le biais de la nouvelle politique de lutte contre la criminalité mise en place par le Conseil d’Etat et le Ministère public en août 2012.

Et ces efforts paient: 9% d’infractions en moins en 2012 par rapport à 2011 et une tendance qui se confirme clairement au premier semestre 2013.

Cela étant, il serait irresponsable de laisser la police dans un état de surchauffe voire d’urgence permanent. Gouvernement et Parlement doivent lui donner les moyens de faire son travail avec des outils modernes, adaptés à la réalité de leurs missions et de la société actuelle.

En adoptant hier la nouvelle Loi sur la police (LPol), le Conseil d’Etat a accompli un acte gouvernemental fort. Datant de 1957, la LPol en vigueur aujourd’hui, malgré de nombreuses révisions partielles, n’est plus adaptée aux réalités que rencontre la police sur le terrain.

Cette nouvelle LPol consacre trois principes fondamentaux: des missions clairement définies reposant sur 5 piliers, une école et une formation uniques et, enfin, des effectifs en lien avec l’évolution démographique de la population.

La police sera désormais organisée en 5 services opérationnels: police de proximité, police-secours, police judiciaire, police routière et police internationale. Ces 5 piliers seront complétés d’un élément mobile, constituant une réserve opérationnelle.

La police de proximité sera notamment renforcée afin de maximiser sa présence sur le terrain, à l’écoute et au service de la population. Il est temps en effet que la police puisse davantage se consacrer aux Genevoises et aux Genevois et pas seulement aux criminels et aux délinquants, faute de ressources suffisantes.

Deuxième principe cardinal, tous les policiers seront désormais formés au sein d’une école unique, composée d’un tronc commun, suivi de trois stages de 6 mois leur permettant de se spécialiser. Cette formation unique permettra de forger « l’identité police » et d’assurer un corpus de valeurs commun.

C’est surtout le seul moyen de remplir les objectifs fixé par la LPol en termes d’effectifs: 600 policiers de plus d’ici l’entrée en vigueur de la Loi, soit 1’975 agents au total.

Pourquoi ce chiffre ? Les effectifs prévus par la loi correspondent aux besoins actuels de la police pour accomplir pleinement les missions qui lui sont confiées, en fonction des différents bassins de population qu’elle doit couvrir: territoire cantonal pour la police de proximité, Grand Genève pour la police routière et la police judiciaire.

Mais ce chiffre n’est pas gravé dans le marbre. En effet, les effectifs seront désormais fonction d’un ratio, permettant de suivre au plus près l’évolution démographique de la population. Ce ratio est de 42 policiers pour 10’000 habitants, établi là-aussi en fonction des besoins spécifiques de chaque service de police, mais également en prenant en compte les ratios en vigueur dans d’autres pays de taille comparable.

Au final, le texte désormais dans les mains du Parlement donnera les moyens structurels à la police d’accomplir sa mission. La LPol induira davantage de proximité, de flexibilité et de traçabilité. En un mot: davantage d’efficacité.

Elle constitue une base solide et un instrument législatif moderne pour confirmer l’inversion de tendance en matière de sécurité, redonner confiance à la police en son métier et renforcer la confiance de la population en sa police et en la capacité de l’Etat d’assurer sa sécurité.

Elle permettra enfin à la population de disposer d’une police à son service, fidèle à sa devise, désormais inscrite dans la loi : protéger et servir.

Pierre Maudet

Laisser un commentaire