Chômage: le silence des uns, les contre-vérités des autres…

A fin mai, 11’365 personnes étaient inscrites auprès de l’Office cantonal de l’emploi. Le nombre de chômeurs n’a ainsi jamais été aussi bas à Genève depuis 10 ans, et ce malgré une population qui a augmenté de près de 40’000 habitants. L’écart entre les taux de chômage suisse et genevois s’est aussi considérablement réduit, passant de 3.7 à 1.7 points entre 2005 et 2012.

Ces chiffres sont réjouissants et montrent l’efficacité de notre politique de l’emploi. Les (non)réactions qu’ils ont suscités sont également intéressantes…

Le 29 mai dernier, dans les colonnes du Temps, le candidat du MCG annonçait que Genève comptait « 20’000 demandeurs d’emploi ». Les 11’365 chômeurs genevois ne lui suffisent donc pas; il lui en faut le double s’indigner.

Dans le même temps, la nouvelle de cette baisse du chômage n’a pas eu l’air de réjouir beaucoup la gauche. De peur de devoir reconnaître que cette politique du bon sens – consistant à tout faire pour que les chômeurs retrouvent rapidement un emploi plutôt que de les « arroser » de prestations – porte ses fruits?

Au milieu des contre-vérités des uns et du silence des autres demeure une réalité : ces résultats, encourageants, doivent nous pousser à poursuivre la politique volontariste menée par le Conseil d’Etat et initiée par François Longchamp.

Pierre Maudet

Commentaires (2)

  • Chloé

    |

    Il ne faudrait pas oublier les « bénéficiaires » de l’hospice général qui sont toujours en recherche d’emploi….et ne sont plus comptabilisé dans ces statistiques !
    Je suis une femme suisse dans la cinquantaine à la recherche d’un emploi depuis très très longtemps, je peux vous assurer que dans mon entourage, beaucoup de personnes sont dans la même situation et toujours des femmes et des hommes suisses de ma génération, tout les jours j’apprends que la liste s’allonge licenciements, restructuration etc…. j’aimerais que l’on en parle, peut-être que nous ne sommes pas encore assez nombreux pour faire entendre notre voix !

    Répondre

  • Pierre Maudet

    |

    Chère Madame,

    Votre situation, tout comme celles des personnes dont vous me parlez, me peine bien évidemment et j’espère sincèrement que vous retrouverez rapidement un nouvel emploi.

    Je tiens toutefois à préciser, non pour polémiquer mais par souci de clarté et de bonne compréhension des chiffres utilisés, que les chômeurs en fin de droit indemnisés par l’Hospice général sont compris dans la statistique du chômage.

    Ceci dit, je suis tout à fait conscient des problèmes dont vous me faites part et ne les oublierai pas dans le cadre de mes nouvelles fonctions.

    En vous souhaitant bonne chance pour votre avenir professionnel, je vous adresse, Chère Madame, mes cordiales salutations.

    pm

    Répondre

Laisser un commentaire