Mobilité: faisons sauter le bouchon !

La Tribune de Genève nous l’annonce aujourd’hui : pour combattre les bouchons entre Lausanne et Genève, l’Office fédéral des routes étudie la possibilité de limiter la vitesse à certaines heures et sur certains tronçons de l’autoroute, et d’introduire des feux à l’entrée pour en réguler l’accès.

Ces mesures pragmatiques – tout comme l’ouverture à la circulation de la voie d’urgence aux environs de Morges aux heures de pointe – permettront sans doute de fluidifier un peu la circulation.

Elles n’en sont pas moins que cosmétiques et à très court terme.

Car ne nous leurrons pas : si nous voulons faire sauter le goulet d’étranglement que constitue l’entrée de Genève, nous devons impérativement construire la traversée du lac et boucler ainsi le contournement autoroutier du Canton.

Il est aberrant qu’il faille moins de temps pour faire Lausanne – Vengeron que pour se rendre du Vengeron au centre-ville, et de passer ainsi plus de temps sur la rue de Lausanne que sur l’A1.

Outre le fait de donner de l’air à l’ensemble du réseau routier lémanique, la traversée permettra enfin la réalisation d’un véritable centre-ville piéton, débarrassé du trafic de transit.

En termes de mobilité, Genève et sa région réclament de nouvelles infrastructures ; pas des demi-mesures.

Sur ce, bonne route à celles et ceux qui la prennent pour ce week end prolongé !

Pierre Maudet

Commentaires (2)

  • REISS

    |

    Monsieur Maudet,

    Comme vous êtes pour grand nombre de citoyens genevois le seul candidat qui soit digne de respect à Genève, j’ai lu avec attention votre pamphlet et vos engagements en 20 points. Notamment en matière de sécurité. Il faudra bientôt construire des milliers de prisons pour y enfermer les criminels de plus en plus nombreux qui viennent perpétrer leurs coups à Genève et « casser du Suisse » comme disent certains Lyonnais..Outre les hordes de criminels venus de l’Est, qu’ils soient milliardaires (Azerbadjian qui veut se faire une « virginité » en sponsorisant des tas d’événements, à l’instar des Qatari (qui sponsorisent à Oxford, au salon du livre par le biais d' »éditeurs » un certain prosélyte Ramadan..etc.) ou des « rejetés des pays voisins qui se débarrassent de leurs criminels ici sachant que nous les prendrons en charge (aux frais des contribuables bien entendu).. Genève devrait avoir la poigne nécessaire pour dire aux gouvernements des ressortissants criminels qui jettent exprès leurs passeport pour qu’ils reprennent ces ressortissants (des empreintes digitales devraient systématiquement être effectuées pour tout le monde: ceux qui n’ont rien à se reprocher n’en seront pas dérangés. Ceux qui crient que c’est une « atteinte à la liberté » sont souvent ceux qui ONT quelque chose à se reprocher et tentent ainsi de culpabiliser les autres. Un peu d’ordre et de vraie justice s’imposent au niveau de la sécurité à Genève et vous êtes le seul qui puisse peut-être encore faire quelque chose pour que l’on ne s’enfonce pas davantage dans le bourbier que le laxisme et l’ignorance et la préposée nous à plongés.

    Par ailleurs, vous parlez de logements. C’est bien mais à quel prix ? Si, les retraités (jeunes et non dépendants) n’ont comme « avenir » que celui de devoir vivre dans des clapiers minuscules « au loyer raisonnable » ou devoir payer 1500 pour un taudis de 20m2, je pense qu’il y a un sérieux problème de respect. J’ai visité les horreurs des logements pour retraités: des mouroirs anti-chambres de la mort cérébrale et physique: quelle horreur !

    Je reviens de Paris et j’étais frappée en arrivant dans le m.. de Genève à quel point Genève est devenue une poubelle. Les bornes de bus demandant que l’0n paie avec une carte de crédit, une complication telle que personne ne prend de billet courant le risque d’être sanctionné. A Paris vous achetez 10 tickets et chaque fois que vous prenez le bus ou le métro vous le compostez, terminé. A Genève, non seulement c’est plus cher que partout au monde mais le système est aussi le plus imbécile; tous les usagers le disent et s’en plaignent. Est-on devenu fou ici ? Quand est-ce-que les politiciens seront AU SERVICE de la population et non l’inverse ? Quand est-ce qu’un (vous j’espère) politicien cherchera à SIMPLIFIER la vie déjà si difficile de ses habitants dans le chantier généralisé qu’est Genève, rendant la ville tellement laide que bcp de personnes ne veulent plus y venir et elles ont raison, hélas !

    Chaque fois que je reviens de Paris j’ai l’impression de retomber en enfer. A Paris dans la rue, les gens parlent ma langue. Ici, quasiment personne ! A Paris dans les bus, je vois des dames avec leurs sacs à main normalement tenus ici on doit se cramponner aux sacs en bandoulière pour ne pas se le faire arracher. Comme je vous l’avais dit, il y a des « uniformes » sympa et serviables dans chaque parc à Paris. Au Luxembourg les enfants jouent sous la sauvegarde de leurs parents. Je n’ai pas vu un seul acte de vandalisme mais de joyeux bambins bien élevés: quel contraste avec ce que je vois au parc Bertrand où des mères engrossées laissent leur progéniture jouer à l’intérieur de la vilaine barrière autour de l’étang pour y jeter des cailloux sur les canards et les grenouilles ou arracher les fleurs pour les piétiner. Cela est: impossible à Paris (sauf en Seine Saint-Denis où se trouve une engence semblable à celle de plus en plus nombreuse qui débarque à Genève de France voisine (raison de la rancoeur de certains habitants vs d’une certaine catégorie de frontaliers qui prennent genève pour leur banlieue..

    Il est temps d’obliger tous les nouveaux arrivants à suivre des cours d’éducation civique et à ceux qui « pondent » pour avoir des papiers suisses, de suivre des cours d’éducation des enfants. Quand l’indulgence devient de la bêtise, on finit par n’avoir qu’une génération de crétins. Je parle de Paris car je connais bien cette ville et j’y vais pour « prendre l’air » hors de Genève et y retrouver des racines, définitivement déracinées, à l’instar des arbres, ici. Pourquoi veut-on détruire Genève ? Est-ce ça le « progrès ? Paris avec ses quartiers comme des villages conviviaux est préservée même si c’est ancien, et surtout si c’est ancien ! On respecte la culture. Ici on nous écrase, on enlève tout ce qui faisait le charme de Genève et du bon vivre. C’est fini. Vous êtes le seul qui peut-être comprendrez (mais vous êtes peut-être trop jeune pour avoir connue la qualité de vie et donc mieux adapté à la médiocrité généralisée qui s’étale à Genève avec le seul motif du fric et des abus et des mensonges (pratiquer des loyers obcènes dans un quartier qui était élégant il y a plus de 30 ans en s’asseyant sur un mythe désormais fini, est de l’escroquerie. Cela ne peut plaire qu’aux incultes et à ceux qui ont un « goût de chiotte », de plus en plus nombreux aussi ici. Vive Paris ! Les Fêtes institutionnalisées (du vacarme tuant des centaines d’oiseaux) et la vulgarité tapageuse pour abrutir les masses ne font pas de Genève une ville agréable sauf pour les crétins. D’accord il y en a beaucoup mais c’est par le haut qu’il faut s’orienter pas au niveau du caniveau. Je votzerai pour vois MAIS FAITES QUELQUE CHOSE !

    Répondre

    • William

      |

      Quel type de traversée ? Pont multimodal (voiture-rail-vélo) et joli ?

      Tunnel réservée aux voitures et/ou aux trains ?

      La nécessité d’une traversée, tout le monde s’y accorde.

      Ce qui bloque, c’est les modalités. Là, chacun y va de sa petite idée, de son initiative personnelle, au risque qu’en votation, le projet échoue.

      Cela fait longtemps qu’une consultation inter-partis aurait du être organisée en vue de promouvoir un projet commun. Qu’en est-il ?

      Mon opinion: un pont. Genève, notamment l’internationale, à besoin de nouveaux emblèmes. Un projet ambitieux, respectueux de l’environnement et esthétique pourrait devenir la nouvelle carte de visite de Genève.

      Ce qui ne serait que la cerise sur le gâteau d’une mobilité améliorée pour un canton qui a cruellement besoin d’air et d’espace.

      Mais ça, c’est mon avis…

      Répondre

Laisser un commentaire