Mettons la gare dans une grotte !

Quel est le prix de 350 logements au cœur de Genève ?

La réponse n’est pas la même que l’on se situe à Berne ou aux Grottes. Pour les CFF, raser tout un pan d’un des quartiers les plus populaires de Genève se résume à une économie de 900 millions de francs. Et à l’assurance que Ville et Canton mettront la main à la poche pour tenter de reloger des centaines de personnes, dans un marché du logement proche du burn out.

Mais pour la Ville, cela serait accepter qu’une partie d’un de ses quartiers les plus emblématiques soit rayé de la carte. Et voir disparaitre un peu plus encore la diversité sociale de son centre-ville, les logements cédant la place aux bureaux et aux surfaces commerciales.

Agrandir notre gare principale est une nécessité absolue, personne ne le conteste. Mais pas de cette manière. Pas en pratiquant une politique de tabula rasa, avec une vision à si court terme. Car lorsque dans 50 ans, les deux nouvelles voies construites ne suffiront plus pour absorber un trafic ferroviaire qui n’aura cessé de croître, faudra-t-il définitivement achever ce qu’il restera des Grottes ?

Les solutions alternatives existent et méritent d’être étudiées. Pourquoi ne pas créer une nouvelle gare à la Praille ou du côté de l’aéroport ? « Déplacer l’hypercentre genevois à La Praille d’ici à 2050 serait une aberration » disent les CFF. C’est oublier un peu vite que lorsque la gare Cornavin a vu le jour en 1858, elle se situait tout sauf au centre. A l’époque, on avait déjà compris que pour développer la ville, il fallait savoir se donner de l’air et faire tomber les murs.

L’autre solution, complémentaire à mes yeux, serait d’enterrer la nouvelle gare. Berne et Zürich ont agrandi les leurs en utilisant leur sous-sol. Pourquoi Genève ne pourrait-elle pas en faire de même ? La solution coûtera peut-être plus cher, mais le coût humain sera nettement moindre.

Comme pour la traversée du lac, il y a une urgence. Nous devons impérativement faire front uni derrière un projet crédible qui pourra être présenté à Berne, afin de pouvoir bénéficier de la manne fédérale destinée aux infrastructures ferroviaires. Et ne pas louper le train.

Pierre Maudet

Commentaires (4)

  • Dederding Michel

    |

    A Zürich, la gare en « cul-de-sac » de l’époque. a été modernisée avec le percement d’un tunnel sous la Sihl afin d’y faire circuler les fameux S-Bahn (train de banlieu). Il y a si longtemps de cela que je ne me rappel plus de l’année… Aujourd’hui, la gare de Zurich, toujours en travaux d’amélioration, ne semble pas poser de problème de financement. Alors, franchement, créer deux, voir 4 voies en sous-sol réservé au trafic « courant français = voltage différent du Suisse » me paraît être une idée d’avenir, chère, mais d’avenir.. et fichons la paix aux habitants des Grottes qu’ont chicane depuis 100 ans environs… Zut ! Arrêtons les discussions et travaillons, construisons…. Tout mon soutient à Pierre Maudet

    Répondre

  • Laurent Nicole

    |

    Pourquoi ne pas étudier sérieusement la création d’une gare principale â la Praille ou sur les terrains de service des CFF à l’Est de Cornavin. Il me semble que des stations de lavage de wagons et autres dispositifs d’entretien pourraient trouver leur place à Denges, près de Morge où se trouve une gare de triage surdimensionnée!

    Répondre

  • Olivier Smaga

    |

    Je salue cette solution qui permettra d’éviter de tout démolir autour de la gare. C’ est une solution progressiste et humaine ! Bravo

    Répondre

  • patricia silva

    |

    Bravo Mr Pierre MAUDET

    utiliser les sous sol pour élargir la gare de Cornavin c’est une excellente idée car le quartier des Grottes c’est un quartier unique, chaleureux , il fait déjà partie de l’histoire Genevoise .

    patricia

    Répondre

Laisser un commentaire