Enseignements de campagne – A vaincre sans péril…

Au terme d’une campagne haletante et extraordinairement difficile, je rempile au premier tour pour quatre ans à l’Exécutif de la Ville de Genève grâce à la confiance de plus de 39% des votants. A toutes ces personnes qui m’ont soutenu et promu, je dis un immense MERCI !

MERCI pour la mobilisation sans précédent qui s’est déroulée autour de moi ces cinq dernières semaines. Jamais je n’ai été seul ou isolé, dans toutes les circonstances de campagne (marchés, entrées de postes et centre commerciaux, débats, conférences, etc.). Et franchement, j’ai apprécié !

DOMMAGE ensuite que la participation ait été si faible (34,16%). Une fois de plus, j’ai le sentiment qu’un certain nombre d’électeurs ont voté avec leurs pieds et qu’une large frange de la population, notamment étrangère résidente depuis plus de huit ans, n’a pas trouvé facilement le chemin des urnes. J’y reviendrai sous peu.

Alors que je partais mathématiquement battu, en raison de l’alliance des Libéraux avec l’UDC, qui élargissait leur base électorale à mon détriment, je me retrouve très bien élu, démontrant ainsi que la mathématique ne fait pas tout en politique. Les chiffres sont riches d’enseignement et leur analyse détaillée permet de faire émerger quelques messages emprunts d’une grande CLARTÉ ? (voir ci-dessous)

Au-delà de cette analyse chiffrée, la question des voix réalisées à l’interne demeure entière. A l’évidence, la droite n’a pas fait le plein de la mobilisation. Nul doute que la cuisine interne compliquée et tortueuse qui a présidé au démarrage de la campagne n’a pas aidé. Combien de fois ai-je dû, dans la rue, commencer mon approche des électeurs par une explication ampoulée sur les alliances et autres « arrangements » incompréhensibles…

A cet égard, la démonstration est faite qu’une alliance hasardeuse, asymétrique et fondée uniquement sur une approche tacticienne voire opportuniste se révèle vite désastreuse pour ses auteurs, et dans une moindre mesure pour les alliés de ses auteurs. Dans ce contexte, certains diraient que le PaCS de circonstance est infécond. C’est clair, net et précis. Et d’autres communes l’attestent, à l’enseigne, hélas, de Carouge.

A contrario, je retiens que le fait de tenir un cap, même et surtout par vents contraires, se révèle payant auprès de l’électorat. Et cela constitue la seule base solide pour commencer sérieusement le travail de recomposition de la droite à Genève. L’adversité doit nous rassembler et nous stimuler. Pas l’inverse !

La première étape sera celle du PLR et de son identité propre, qui va mobiliser maintenant mon énergie. La deuxième sera celle de l’Entente, qui a grand besoin de rééquilibrage et de contenu. Et la troisième sera celle d’un cercle plus large, incluant les partis prêts à discuter d’objectifs de fond communs, dans le respect des formes.

Tout cela doit se faire dans l’humilité, vu les revers cuisants encaissés par la droite lors de ces élections, mais sans amnésie ni précipitation, après un intense examen de conscience qui ne sera pas facile pour tous, gageons-le.

Quant à moi, je me remets de ce pas au travail, car la vie municipale n’attend pas et mes quatre nouveaux collègues ne me laisseront sans doute pas beaucoup de répit. Mais là, je suis habitué. 😉


Analyse des chiffres

Une fine analyse des chiffres nous permet de tirer plusieurs enseignements de campagne, qui ne manquent pas d’intérêt. D’abord le fait que personne n’atteint la majorité absolue (50% = 19’638 voix). Pas même Sami Kanaan (que je félicite au passage !) qui la tutoie sans y parvenir avec 19’514 voix. Suivent ses trois colistiers dans un mouchoir de poche (532 voix d’écart avec Rémy Pagani, 4ème élu, soit moins de 1,4% d’écart). La gauche vote décidément compact, sans faire émerger clairement une personnalité au-dessus des autres. C’est confirmé.

Ensuite, on constate que les cinq élus ont tous entre 39% et 49% des voix. Eh oui ! Contrairement à ce que disent encore les médias ce matin, je ne flirte pas le moins du monde avec le quorum des 33,3%, dès lors que mon score (15’440 voix) me porte à 39.3%, soit largement au-dessus de la barre fatidique qui entraîne un éventuel deuxième tour. D’ailleurs, il n’y aura nulle part un deuxième tour dans le Canton.

Quant à mon score personnel, son étude fine nous révèle un nombre de biffage extrêmement bas (186 au total), ce qui m’amène logiquement à conclure que le PLR est très uni derrière moi. Pas inutile de le souligner au moment où certains se piquent de le décrire comme très divisé.

S’agissant des voix extérieures (hors bulletins compacts et modifiés des listes PLR et apparentées), je réalise une performance assez folle puisque ce ne sont pas moins de 3’486 suffrages que je vais cueillir sur les bulletins « sans nom de liste », soit 80%. En d’autres termes, 4 bulletins « sans nom de liste » sur 5 incluent mon nom ! Près du double du meilleur suivant, Sami Kanaan (1’775 voix « sans nom de liste »).

Je vais aussi glaner des voix à ma droite (767 à l’UDC et au MCG) et à ma gauche (2’161). Là aussi je remercie toutes celles et tous ceux qui, au-delà de leur appartenance partisane, m’ont témoigné leur confiance. Sur ce point précis, je souligne que si l’apport de gauche me concernant est juste impressionnant, il n’en demeure pas moins que j’atteins le quorum des 33% sans cet apport. A toutes fins utiles pour ceux qui souhaiteraient attribuer mon élection à la seule gauche municipale…

En résumé, sur les voix extérieures, j’explose le compteur avec 2’928 voix prises dans d’autres partis que ceux de mon camp (PLR et PDC) et 3’486 voix « sans nom de liste », là où la moyenne des autres candidats (notamment de gauche) est de 400 voix prises dans les autres camps et 1’700 voix sur les « sans nom de liste ». J’en suis simplement soufflé. Et je me félicite d’avoir été aussi présent sur le terrain durant quatre ans comme magistrat municipal, car pour moi l’explication est là.

Commentaires (3)

  • Michael Staudinger

    |

    Je suis d’accord avec vos paroles, cher Pierre :
    A contrario, je retiens que le fait de tenir un cap, même et surtout par vents contraires, se révèle payant.
    Je tien le cap avec des énorme vents contraires également, pour les jeunes dans mon domaine d’activité professionnel, et sais ce que cela demande comme efforts et j’estime que cela vaut la peine.
    Vous souhaite bien du courage et bonne continuation, pour Genève…..

    Répondre

  • Thierry Dérobert

    |

    Félicitation pour ton élection pour commencer.

    Pour ce qui concerne ton analyse des résultats, je te rejoins et souligne avec toi l’importance des alliances. Celle de cette année réalisée par un de nos cousins étaient plus que malheureuses. Malgré la réponse du président Libéral qui n’accepte pas cet état de fait, il ressort qu’une certaine continuité dans les alliances est de nature à rassurer les électeurs.

    Pour finir, ton élection reflète tant la qualité du travail que tu as effectué durant cette législature que les efforts de communication continus non moins importants que tu as fait…

    Reste à poursuivre… 😉

    Cordialement.

    Thierry

    Répondre

  • françoise Ambuhl

    |

    Cher Monsieur Maudet,
    J’ai eu le plaisir de venir vous voir lors de vos nombreuses présentations dans la rue des pré-élections et vous donner ma poignée de main pour vous encourager dans tous vos efforts et sensibilités diverses et de la droiture de vos convictions qui ont été payante car vous le méritez vraiment. Je vous ai vu et écouter au tv journal du soir pour votre élection comme maire de Genève où vous avez communiqué votre joie et plaisir de cette nouvelle fonction d’où je vous réitère mes félicitations sincères car je suis fière et heureuse de vous savoir dans cette nouvelle fonction très honorable. Mon juste bé mol si j’ose me le permettre à la question du journaliste vous interwievant lorsque vous lui avez répondu: que vous serez très heureux d’aller serrer des paluches à d’autres hommes politique venant à Genève en visite officielle, m’a un peu gêné, il y a des fonctions où dire: serrer des mains est plus… comment dire… officiel, à part ce petit language un peu local tout me va: bravo pour votre engagement: pour ma part je sens bcp de convictions et sincérité de votre part pour servir notre Genève et je vous dis en vous serrant la main : Un grand Merci!

    Répondre

Laisser un commentaire