Une nouvelle patinoire en 2015 aux Vernets !

A court terme, l’avenir de Genève Servette se joue dans quelques heures. La Commission des Travaux et Constructions du Conseil Municipal se réunit en effet ce soir pour décider de l’octroi d’un crédit de 7.5 millions de francs destiné à la rénovation partielle de la patinoire des Vernets, afin que celle-ci soit utilisable dès le début de la prochaine saison. La pression est d’autant plus forte que la Ligue suisse de hockey vient d’assortir l’octroi de la licence 2011 – 2012 au GSHC de plusieurs conditions. La rénovation crédible de sa patinoire d’ici septembre en fait partie…

Ce crédit, s’il est accepté, permettra au club de voir l’avenir à court terme avec plus de sérénité. Mais cette solution a surtout pour avantage de ne pas remettre en cause la construction d’une nouvelle enceinte. Car n’oublions pas le véritable objectif : la construction d’une nouvelle patinoire d’ici 2015, afin de respecter les engagements pris en juin 2010 par le Canton et la Ville.

Le bien-fondé de cette solution en deux temps — rénovation partielle et réaliste de l’actuelle patinoire et construction rapide d’une nouvelle structure— a mis du temps à être comprise par certains. Il faut maintenant mettre les bouchées doubles ! En commençant par définir l’emplacement de la future enceinte. Quatre sites sont évoqué : les Vernets, le Centre sportif du Bout-du-Monde, le lieux-dit «Camembert» à proximité du Stade de Genève (sur la commune de Lancy) et enfin le Trèfle-Blanc, à proximité de la Brigade de Sécurité Routière, également sur la commune de Lancy.

A mes yeux, le GSHC doit rester au Vernets. Parce que c’est l’emplacement historique des Grenat, que ce site est le mieux situé en terme d’accessibilité, mais surtout parce qu’un projet « clé en main » existe d’ores et déjà.

La nouvelle patinoire, d’environ 10’000 places, pourrait en effet être construite sur l’emplacement actuel de la patinoire extérieure, en débordant sur le parking des Vernets. Ceci dans le cadre d’un partenariat public privé (PPP), qui pourrait voir le secteur privé prendre la plus grande partie des coûts à sa charge. A cet égard, il n’est pas inutile de rappeler que ce sont des sponsors privés qui ont payé, en lieu et place de la Ville, la construction de la tribune provisoire en décembre 2010…

Il est temps que la Ville prenne ses responsabilités afin de mettre à disposition d’un des clubs phares du Canton (et de Suisse !) des infrastructures dignes de ce nom. Si la population me renouvelle sa confiance le 17 avril, je soutiendrai ce dossier avec énergie, afin que la nouvelle patinoire voie le jour dans les délais convenus.

Commentaires (1)

  • javier

    |

    Attendons est le mot d’ordre ! Nous rigolerons moins le jour ou les dirigents du GVE Servette se verrons proposer un projet par nos amis du LHC…

    Répondre

Laisser un commentaire