La Gauche se moque des préoccupations de la population !

Genève est championne de Suisse. Malheureusement pas (encore) en hockey, pas plus qu’en foot. Non, là où notre canton se distingue, c’est bien en matière de criminalité, détenant la triste palme du plus haut taux d’infractions commises pour 1000 habitants (143.3). Entre 2008 et 2009, les vols à l’arraché, le type même de larcins qui pourrissent la vie des habitants et des touristes, a augmenté de 31%.

Sans vouloir crier au loup ou peindre le diable sur la muraille, la situation de Genève en matière de sécurité s’est objectivement péjorée ces 20 dernières années, tendance qui s’est accrue du fait d’un total laxisme des autorités.

Depuis 2007, j’essaie, à l’aide des hommes et des femmes de mon Département, de remédier à cette situation, en reconstituant une véritable police de proximité en Ville de Genève. Dotée de nouvelles compétences depuis cette année, la police municipale se déploie progressivement dans les quartiers. Objectif premier : connaître le terrain, sentir le pouls de la population, et résoudre les conflits en amont. Avec la possibilité, si nécessaire et en dernier recours, d’utiliser l’outil répressif.

Prochaines étapes : la création de trois nouveaux postes implantés dans les quartiers et le recrutement de 25 nouveaux agents.

Et bien non. Non, parce que la gauche s’échine à vouloir faire capoter ce développement de la police de proximité, pourtant voulue par l’ensemble du Conseil administratif ; où elle est plus que majoritaire.

Première salve : le remplacement de 10 agents de police municipale par 10 médiateurs culturels. Proposition validée hier lors du vote du budget de la Ville par le Conseil municipal. On se réjouit déjà de voir ces médiateurs culturels aller expliquer aux bandes de joueurs de bonneteau qu’ils seraient gentils d’aller jouer ailleurs.

Deuxième salve, sans doute la plus belle : le règlement sur la police municipale sorti samedi de la manche de Rémy Pagani. Texte qui, non content d’expliquer aux agents le mode de transport qu’ils devraient utiliser pour arpenter les rues de Genève (skis ? luge ?), demandait la création de… 100 postes d’agents de police sur 4 ans. Alors même qu’A Gauche toute !, dont est membre Rémy Pagani, venait de voter la suppression de 10 postes similaires au profit de médiateurs culturels. Comprenne qui pourra !

Ce que l’on comprend surtout, c’est que la majorité de gauche du Conseil municipal n’a qu’une seule volonté : attaquer le seul Magistrat de droite de l’Exécutif. Même si, pour ce faire, elle doit détruire le travail accompli depuis bientôt 4 ans par près de 100 hommes et femmes de la police municipale pour offrir à la population un cadre de vie sûr.

J’en veux pour preuve que l’écrasante majorité des coupes budgétaires ont visé le même département. Celui en charge de la sécurité et de la salubrité. Dont pratiquement tous les services, à commencer par la Voirie et celui en charge de la logistique et des manifestations, devront fonctionner l’année prochaine avec un budget réduit.

Laisser un commentaire