Prendre du recul et rester humble devant la nature

La semaine passée, un Japonais de passage à Genève me remerciait de l’héberger pour la nuit… dans un abri de protection civile. Honoré, me dit-il, de se voir ainsi officiellement accueilli par la Ville, qui lui offrait même son repas du soir.

La pratique, apparemment, n’est pas courante dans tous les pays.

Lorsque 250 voyageurs se retrouvent bloqués à Genève, la neige paralysant l’aéroport et les hôtels étant complets, la Ville est en effet capable de mettre rapidement un dispositif d’accueil exceptionnel.

Tout comme de mobiliser des moyens humains et matériels importants pour faire face à des chutes de neiges que l’on avait plus connu en telle quantité depuis 25 ans.

Pendant trois jours, plus de 150 hommes et une trentaine de véhicules n’ont cessé, jour et nuit, de déblayer la neige qui s’accumulait sur les 220 km de chaussées et 440 km de trottoirs. Pour rappel, et histoire de se rendre compte du défi physique auxquels ils ont dû faire face, ce sont ces mêmes hommes qui, à côté de ce travail de déblaiement, ramassent les poubelles des Genevois.

A moins de passer au chalumeau l’ensemble des routes et des trottoirs de la Ville, il y aura toujours des mécontents. Incapables de se rendre compte que même avec la meilleure volonté du monde, la lutte contre les forces de la nature est inégale.

A qui il faut rappeler qu’il est de la responsabilité de chacun de s’adapter aux conditions de vie d’un pays alpin où, l’hiver venu, il peut arriver… qu’il neige. Et d’accepter que, l’espace de quelques jours, notre petit confort quotidien et nos habitudes soient bouleversés.

Petit souvenir d’une nuit mouvementée:

Laisser un commentaire