La gauche municipale joue au bonneteau budgétaire avec la police de proximité !

Le Conseil administratif, en déposant son projet de budget 2011, a clairement soutenu ma volonté, affichée depuis le début de mon mandat, de mettre l’accent sur la sécurité.

Le communiqué de presse du 1er septembre dernier énonçait comme objectif prioritaire, au même titre que la petite enfance, « la création de postes de policiers/ères municipaux/ales permettant à la Ville de renforcer sa présence sur le terrain. » Je me souviens même qu’en début d’année, mon collègue Pagani réclamait la création de cent postes supplémentaires d’agent-e-s de police municipale (APM) !

Lors des débats budgétaires de l’automne, la Commission de la sécurité et du domaine public, ainsi que la Commission des finances ont clairement soutenu cette stratégie, tous partis confondus, y compris ceux de gauche.

Le 9 novembre, lors de la présentation des correctifs budgétaires, le Conseil administratif n’a aucunement remis en cause ces objectifs, pas plus que mon collègue Mugny n’a réclamé la création de poste de « médiateurs culturels » dans son département.

Et voilà que mercredi, lors du vote final de la Commission des finances, la majorité vote un amendement surprise visant à déplacer l’équivalent en masse budgétaire de dix postes d’APM du Département de l’environnement urbain et de la sécurité (DEUS) à celui de la Culture pour créer… des « médiateurs culturels » !

Depuis lors, la gauche essaie de faire croire que cela ne remet pas en cause l’engagement des vingt APM prévus à l’horizon 2011 et qu’au contraire, on renforce la sécurité avec ce qu’elle appelle maintenant des « agents de sécurité préventifs ».

C’est faux !

Premièrement, il est bien évident qu’avec un budget réduit, le DEUS ne pourra pas procéder aux engagements prévus. Je ne vais en effet pas licencier dix pompiers ou dix agents de la voirie pour engager dix APM. De même, supprimer des postes soi-disant vacants revient au même que renoncer à la création de nouveaux postes : diminuer l’effectif total. Un vrai jeu de bonneteau budgétaire !

Deuxièmement, la population genevoise sait que seule une présence accrue d’agents en uniforme dans les rues de Genève est efficace en matière de sécurité, ce d’autant plus que les APM travaillent maintenant en parfaite collaboration avec la police cantonale. A ce sujet, il est bien évident que celle-ci n’est pas prête à reconnaître les « médiateurs culturels » en tant qu’agents de sécurité, même préventifs

Troisièmement, il faut se rendre compte que vingt APM correspondent à peu près à la dotation d’un poste de quartier. La décision de la gauche remet donc en cause l’ouverture planifiée de postes de police municipale dans les secteurs qui n’en sont pas encore dotés.

Quatrièmement, la création de « médiateurs culturels », dont on ne sait toujours pas de quoi il s’agit, remet en cause l’activité des travailleurs sociaux hors murs ainsi que celle de la délégation à la jeunesse qui dépendent de mon collègue Tornare. A quoi joue donc la gauche municipale ?

Je m’étonne enfin que les coupes budgétaires demandées par la Commission des finances, pour un montant total de 1.5 million, ne visent que les services du DEUS, les quatre autres étant complètement épargnés. Vous avez dit politique partisane ?

Commentaires (4)

  • fuchs béatrice

    |

    Cher Pierre,

    Combien tu as raison. On réclame de la sécurité en Ville et voilà que la Gauche veut se doter de médiateurs culturels. La population réclame de la sécurité et non des médiateurs culturels, à vrai dire, on ne sait même pas de quoi il s’agit. Après les médiateurs culturels, faudra-t-il des superviseurs pour ces médiateurs qui n’auront rien résolu sur le terrain et qui, au contraire, arriveront encore avec passablement d’interrogations, de questions.

    Oui, il faut une présence policière en Ville de Genève, visible, qui effectue non seulement de la prévention, mais aussi de la répression lorsqu’il le faut, le premier volet n’étant pas incompatible avec le second, mais complémentaire.

    A nouveau, la Gauche fait preuve d’une angélisme incroyable, un certain discours sécuritaire de la droite lui donnant une réaction épidermique Le bonneau budgétaire, j’aime celà, de la part de la Gauche, c’est vraiment prendre les citoyens pour des pigeons, en cherchant à les tromper sur leur vision de la sécurité, du social toujours plus de social mais surtout aucune autorité.

    Celà va-t-il encore durer longtemps comme celà avec la Gauche !!! J’espère bien que Non.

    Amitiés,

    Béatrice

    Répondre

  • Gonzo

    |

    Bonjour Cher magistrat,

    Je ne peux pas rester assis là, devant mon écran et ne pas réagir à cette situation déprimante !

    Pour cette raison, Je me suis permis de bloguer et rédiger mon insatisfaction vis à vis de cette situation critique pour nos chers citoyens, pour vous et nos collègues APM travaillant sur le terrain.

    P.S : La campagne pour le recrutement est très bien tournée et représentative du service des agents de la police municipale Ville de Genève et communes ! Merci !

    Sincères salutations.

    Gonzo, le radical ! :-)

    Répondre

  • Emma Lindegger

    |

    Bonjour

    Je viens de constater que la police Municipale fait plus la chase aux voitures dépassant de quelques minutes l’heure de stationnement que la chasse aux joueurs sur les quais…..

    A bon entendeur

    Répondre

    • Pierre Maudet

      |

      Chère Madame,

      Détrompez-vous, la police municipale n’est plus axée sur le contrôle du stationnement depuis plus d’un an. C’est la Fondation des parkings, dépendant de l’État, qui assume cette charge. La police municipale se concentre aujourd’hui sur ses prérogatives de police de proximité, notamment en traquant toutes les incivilités qui se manifestent sur le domaine public.

      Pierre Maudet

      Répondre

Laisser un commentaire