Beaucoup de petites voitures, beaucoup de grands soucis

Avec 1500 nouvelles immatriculations par jour à Shanghaï, le flot continu d’automobiles n’est pas prêt de s’arrêter.

Rien que la flotte de taxis, intégralement mise à jour pour l’Expo, avait amené sur le marché plus de 40’000 nouveaux véhicules heureusement climatisés (il faisait 42°C en moyenne à mi-août…). Et malgré une politique d’incitation à l’acquisition de véhicules non polluants (essentiellement électriques), les autorités n’arrivent pas à freiner la hausse de la pollution.

La Chine est devenue le premier marché de l’automobile mondial, avec 13, 6 millions d’unité vendues en 2009. Par ailleurs, en 2020, ce ne sont pas moins de 200 millions de véhicules qui circuleront sur les routes chinoises. Autre info, le dernier « gros bouchon » de la région faisait 120 km et a bloqué la circulation pendant une dizaine de jours… On voit l’ampleur du défi.

Mais ce défi est davantage environnemental qu’économique. Que ce soit au pétrole ou à l’électricité (via les centrales à charbon), la propulsion de nouveaux véhicules sur les routes chinoises va considérablement alourdir le bilan des émissions de CO2 d’un pays au passif déjà très lourd en la matière. Bref, voir Shanghaï sous l’angle de la voiture, c’est comprendre que si aujourd’hui la voiture est le privilège de tous dans les pays riches, demain elle sera le privilège des riches dans tous les pays…

Commentaires (1)

  • Gtt

    |

    Et si on coupais par 4 le prix des taxis ? est-ce que les personnes les utiliseraient plus ?
    (Message perso : faudrait en plus leur apprendre la courtoisie et l’amabilité)

    Répondre

Laisser un commentaire